Comment une ONG travaille-t-elle lorsqu'il n'y a pas de déploiement immédiat ? Comment travailler au-delà des gros titres - des mois après un tremblement de terre, des années après le début d'un conflit ?

À l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire, nous vous proposons une "journée sur TSF".

Dans ce voyage à travers les pays et les missions humanitaires, nous voulons montrer comment des personnes différentes, avec des compétences différentes et des missions différentes, travaillent toutes dans le but de répondre aux besoins de communication humanitaire des personnes touchées par les crises et des organisations qui leur viennent en aide.

9h00, Singapour - Session de formation régionale sur les télécommunications d'urgence


Les 15 participants sont arrivés hier de plusieurs pays d'Asie du Sud-Est. Ils font tous partie de leur mécanisme national de réponse aux catastrophes. Dans le cadre du projet de partage des capacités régionales soutenu par la Fondation ISOC, les membres du personnel de TSF partageront leurs expériences et mettront en place un réseau humanitaire régional d'intervenants en télécommunications.éseau humanitaire régional d'intervenants en télécommunication.

"J'ai beaucoup apprécié la formation sur les nouveaux équipements où j'ai vraiment appris à les utiliser." Micheal, un participant à la formation, a déclaré.

À 14 heures, la partie théorique de la formation est terminée - c'est l'heure des exercices de simulation. En Ukraine, la journée commence : il est 9h00.

9h00, Vinnitsya, Ukraine - Connectivité pour les personnes déplacées

TSFIhor, le responsable informatique de l'entreprise en Ukraine, commence sa journée de travail. Il doit étudier l'accès à la à la connectivité pour plusieurs refuges identifiés dans différentes villes d'Ukraine et rechercher des entreprises locales susceptibles de l'aider pour la partie câblage.

Il reçoit un appel : l'électricité a été coupée dans l'un des abris où TSF assure la connectivité après une attaque. Ihor envoie un message à l'équipe informatique du siège et lance un diagnostic à distance du réseau.

"Je suis technique, donc je ne vois pas de problèmes, seulement des solutions à trouver." nous dit Ihor.

À 11 heures du matin en Ukraine, il est 10 heures en France et l'équipe informatique du siège de TSFa rejoint Ihor pour le diagnostic à distance du réseau.

10h00 Pau, France - TSF HQ - Répondre aux problèmes de connectivité

Au siège, Florent, de l'équipe informatique, a reçu le message d'Ihor. Sur la base de ses observations et de ses contacts avec le responsable du refuge, ils sont en mesure de rétablir la connectivité sur plusieurs points d'accès. Ils décident ensemble de lancer une visite au centre le lendemain. Ihor utilisera les prochaines heures pour préparer l'équipement et les outils nécessaires.

Parallèlement, Sébastien, responsable du programme au siège, contacte l'équipe de TSFen Pologne.

A 11h00 en France, c'est la même heure en Pologne !

11h00, Wroclaw, Pologne - Diffusion d'informations essentielles pour les réfugiés d'Ukraine

Hanna est la coordinatrice de TSFen Pologne. Une réfugiée ukrainienne vient la voir dans un refuge à Rzeszów - elle est nouvelle dans la ville et cherche des informations sur les procédures administratives. Hanna l'aide à trouver les ressources : toutes les informations spécifiques sont diffusées sur les écrans, fiables et adaptées au lieu.

"Il arrive que l'on n'ait pas accès à l'internet. Pour ces personnes, il est rassurant de savoir qu'elles peuvent consulter les écrans et trouver des informations pertinentes sur les personnes à contacter en cas de besoin. Nos informations donnent des références - numéros de téléphone, adresses - auxquelles ils peuvent se référer après avoir vu les diapositives."

Puis Hanna entame une réunion avec le directeur du centre et d'autres partenaires au sujet du processus de mise à jour des informations affichées.

La réunion se termine vers 12h00 en Pologne. Il est déjà 14h00 à Madagascar.

14:00, Miarinarivo, Madagascar - Initiation à l'informatique pour les adolescents

Irinah est la directrice de l'IT Cup Center à Miarinarivo. Le centre a été ouvert par TSF en 2012. Il se concentre sur l'inclusion numérique et organise de nombreuses activités autour des outils numériques, en particulier avec les jeunes. Aujourd'hui, un groupe de lycéens est venu pour une activité au centre.

"Qui a déjà utilisé un ordinateur ? demande Irinah.

Quelques mains se lèvent... À Madagascar, même à l'âge de 15 ans, tous les adolescents n'ont pas utilisé un ordinateur.

Irinah et Zacharie travaillent chaque jour pour transmettre aux jeunes malgaches le savoir-faire numérique et l'utilisation responsable d'Internet aux jeunes Malgaches..

La session de formation se termine à 17 heures, car 15 heures de grève en France, au QG.

15:00, France, HQ - Gestion à distance des écrans d'information en Amérique latine

Cet après-midi, Sébastien, de l'équipe informatique (oui, nous avons deux Sébastien, qui partagent le même bureau), surveille des écrans télécommandés qui affichent des informations sur l'Amérique latine. l'information à travers l'Amérique latine. Il s'assure qu'ils sont connectés et actifs, afin que les personnes hébergées dans les 93 centres d'accueil au Mexique, au Guatemala et en Colombie aient accès à des informations fiables sur leurs droits, les procédures légales, etc.

Alors qu'il est 16 heures en France, il est 8 heures au Mexique.

16:00, France - 8:00, Mexique - Relations extérieures avec les gestionnaires de refuges et conception d'informations essentielles

Stefany, qui gère les relations avec les gestionnaires de refuges, vérifie les problèmes techniques avec Sébastien. Dans le même temps, Gabriela discute avec l'équipe de communication du siège des différentes manières de partager les informations essentielles. pour partager les informations essentielles.

"Je conçois les informations que nous projetons, je suis donc constamment à la recherche d'informations qui seraient importantes pour [les personnes dans les centres d'hébergement]. Je dois penser comme si j'étais dans cette position : quelle serait l'information la plus importante ? Ces informations doivent être présentées sous la forme la plus compréhensible et la plus attrayante possible, afin que les gens puissent les comprendre facilement."

Gabriela, chargée de mission CWC (Communiquer avec les communautés) au Mexique

À 17 heures en France, il est aussi 17 heures en Pologne et 9 heures à Guadalajara, au Mexique.

17:00, Pologne - Réunion avec les partenaires sur la diffusion de l'information

Bien que le projet de diffusion de l'information en Pologne utilise la même solution technologique que le projet latino-américain, les crises auxquelles ils répondent sont complètement différentes. Les équipes des deux projets ont souvent discuté, surtout au début, de la meilleure façon d'atteindre ceux qui ont besoin d'informations essentielles et de gérer les partenariats.

Hanna rencontre l'équipe de protection dans les bureaux locaux et nationaux du HCR pour pour discuter de la distribution potentielle d'informations dans le cadre de leurs activités mobiles et dans les nouveaux centres de réfugiés.

Alors qu'Hanna termine sa réunion avec le HCR vers 18 heures en Pologne, il est 10 heures au Mexique et l'équipe quitte son bureau de Guadalajara pour visiter un centre d'accueil pour migrants. En France, l'équipe coordonne des projets.

18:00, France - Discussions techniques sur l'équipement pour soutenir les efforts de secours après le tremblement de terre en Turquie et en Syrie

Marta, ingénieure en TIC, suit l'action de l'UE en Turquie et en Syrie. TSFen Turquie et en SyrieLa Turquie et la Syrie sont les deux pays les plus touchés par le tremblement de terre de février et par la crise humanitaire qui sévit en Syrie depuis des années. Plusieurs partenaires directement sur le terrain ont accès à la connectivité grâce à des équipements de télécommunication.

Marta discute de la logistique avec l'Union des organisations de soins médicaux et de secours en Syrie au sujet de l'équipement nécessaire pour soutenir les cliniques médicales, les centres et un orphelinat. 

Après quelques heures, l'équipe du Mexique termine sa visite à la fin de sa journée, à 18 heures. De l'autre côté du globe, une nouvelle journée de formation et de partage des capacités est sur le point de commencer pour l'équipe de Singapour.

À l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire, nous remercions nos équipes et tous ceux qui, dans le secteur humanitaire, travaillent dur chaque jour pour aider les autres. Sur TSF, chacun contribue de différentes manières à un objectif commun : fournir des communications pour la vie.