25 ans plus tard, nous sommes fiers de notre engagement à faire en sorte que la communication soit reconnue comme une action humanitaire et fasse partie intégrante de la réponse aux crises.

Monique Lanne-Petit, TSF Directrice et co-fondatrice.

Il y a 25 ans, le site TSF tel que nous le connaissons a été créé, et l'un des moments clés s'est produit au Kosovo, en juillet 1998. Depuis, TSF a aidé 20 millions de personnes dans plus de 80 pays. Pour célébrer le travail de notre équipe et l'importance de la communication dans les crises humanitaires, nous mettons en lumière chaque année de l'histoire de TSF, avec une mission pour l'illustrer.

Il nous est impossible de couvrir l'ensemble des plus de 150 crises majeures auxquelles nous avons participé en 25 ans, mais nous pouvons vous emmener dans les missions les plus marquantes de notre histoire.

Kosovo, 1998

Kosovo, 1998

Monique Lanne-Petit et Jean-François Cazenave, cofondateurs de TSF, se souviennent de la manière dont tout a commencé, en juillet 1998, au Kosovo.

"Les personnes qui venaient nous voir sortaient de leurs chaussures un papier sur lequel figuraient des noms et des numéros de téléphone. Ils nous demandaient des personnes à contacter pour eux à l'étranger. Et s'ils les cachaient dans leurs chaussures, c'était pour que les autorités ne les trouvent pas en cas de fouille aux points de contrôle. Mais nous n'avons pas pu continuer à appeler tous ces contacts à notre retour en France".

Les deux volontaires ont donc acquis un téléphone équipé d'une antenne satellite, et l'ont amené le long de la frontière kosovare, en juillet 1998.

"Au pied de la montagne, la Croix-Rouge et des organisations caritatives étaient déjà sur place pour aider [les personnes déplacées]. Mais à notre grande surprise, les gens venaient en masse vers nous pour téléphoner. Ce que nous avions imaginé s'avérait vrai : leur besoin de communiquer était réel et aussi vital que leur besoin de nourriture et de soins médicaux...".."

TSF était prêt à être créé.

Turquie, 1999

Turquie, 1999

Cette photo a été prise lors de la première catastrophe naturelle pour laquelle TSF est intervenu, en 1999, en Turquie. Il s'agit du tremblement de terre d'Izmit, un violent séisme d'une magnitude de 7,4, qui a causé la mort de 17 000 personnes et laissé plus de 250 000 personnes sans abri. Jean-François Cazenave, cofondateur et président de TSF (à gauche), raconte son arrivée sur les lieux :

"L'image est encore claire dans mon esprit : nous sommes arrivés dans un immense stade de football, avec des tentes au centre, des lumières crues. C'était le milieu de la nuit. Dès que j'ai ouvert la portière de la voiture, une odeur épouvantable s'est emparée de moi. Pour quitter notre place de parking, j'ai dû marcher à côté d'une camionnette - j'ai tourné la tête, et il y avait 6, 7 cadavres à l'intérieur. C'est à ce moment-là que j'ai compris. C'était la première fois que nous voyions quelque chose de semblable. À l'époque, les secouristes s'appuyaient fortement sur les talkies-walkies. Mais cela signifiait qu'ils ne pouvaient contacter aucune ligne extérieure. Sur cette photo, je suis en train d'installer une connexion au pied d'un centre d'intervention de la protection civile, pour permettre aux travailleurs de contacter leur quartier général. C'était un complément absolument nécessaire à la coordination humanitaire".

Cette mission a mis en évidence l'importance de la connexion pour la coordination humanitaire lors des secours en cas de catastrophe naturelle. Il s'agissait de la première catastrophe naturelle pour laquelle TSF a été déployé, mais ce n'est pas la dernière - la plus récente étant un autre tremblement de terre en Turquie en février.

"C'était la première fois que nous voyions quelque chose de semblable.
Italie, 2000

Italie, 2000

Le 15 octobre 2000, des pluies torrentielles se sont abattues sur la vallée d'Aoste en Italie, provoquant des inondations et des coulées de boue dévastatrices, détruisant des villages et coupant tous les moyens de communication. L'équipe de TSF est arrivée sur les lieux de l'incident 14 heures après l'annonce officielle de la demande d'assistance internationale, apportant 16 lignes téléphoniques par satellite. 

Le premier objectif de TSF était d'installer des lignes prioritaires au centre de crise, afin que les équipes de secours sur le terrain puissent atteindre le centre, coordonner les opérations de secours et, pour les pompiers des vallées voisines, atteindre les populations touchées. Les différentes vallées étant isolées les unes des autres, l'hélicoptère que l'on voit sur la photo était le seul moyen de transport et d'approvisionnement. 

Télécoms Sans Frontières a ensuite fourni des lignes satellitaires à plusieurs centaines de personnes affectées, afin qu'elles puissent contacter leurs familles.

Afghanistan, 2001

Afghanistan, 2001

"L'équipe a installé la première connexion Internet par satellite sur le site TSF.

En 2001, la guerre en Afghanistan et la sécheresse ont entraîné des déplacements massifs de population et des besoins humanitaires accrus. L'infrastructure de télécommunications du pays étant sous-développée à l'époque, il était trop facile pour les familles d'être séparées les unes des autres et pour les individus d'être isolés de leurs proches.

TSF L'Union européenne a donc déployé des troupes en Afghanistan, ou du moins ce qui s'en rapprochait le plus. Le pays refusant l'accès à l'aide internationale, des ONGI comme TSF ont dû établir un camp près de la frontière.

"J'étais coincé en Ouzbékistan, à quelques mètres de la frontière afghane, mais séparé par une rivière. Monique m'a rejoint un peu plus tard - je me souviens d'elle à la sortie de l'aéroport. Je n'ai jamais vu quelqu'un porter autant de matériel. L'équipe de TSF a finalement atteint l'Afghanistan et a installé la première connexion Internet par satellite de TSF pour les Nations unies." Jean-François Cazenave, président de TSF.

Cette connexion Internet par satellite, une première pour TSF, a permis de soutenir la coordination humanitaire et les populations affectées.

L'équipe de TSF a finalement atteint l'Afghanistan et a installé la première connexion Internet par satellite de TSF pour les Nations unies.
Venezuela, 2002

Venezuela, 2002

En juillet 2002, le fleuve Apure a débordé au Venezuela - en quelques jours, l'équivalent d'une année de pluie a submergé la région, entraînant le déplacement de 40 000 personnes. Bien qu'un semblant de couverture cellulaire subsiste, elle est sursaturée et insuffisante. Internet et le fax sont totalement hors service.

L'équipe TSF met en place un centre de communication pour la Croix-Rouge vénézuélienne et d'autres organisations de secours. Elle fournit également des téléphones satellites aux unités de défense civile et aux médecins qui les utilisent à l'hôpital ou sur le terrain.

Au cours de cette mission, TSF a offert à 800 familles la possibilité de contacter leurs proches. La phrase que l'équipe de TSF a le plus entendue, lorsque les gens appelaient leurs amis et leur famille, était "Nous allons bien".Nous allons bien. Nous avons tout perdu, mais grâce à Dieu, nous sommes en vie.".

Irak, 2003

Irak, 2003

Au début de la guerre en Irak, de nombreux Irakiens se sont retrouvés isolés du reste du monde, la plupart des réseaux téléphoniques étant hors service.

TSF s'est déployé en Irak pour soutenir les populations et les organisations affectées. Avec le soutien de l'Office européen de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO) - une première pour nous -, TSF a mis en place un centre de télécommunications pour les ONG et la population à Bagdad.

Pour des organisations comme CARE, Médecins Sans Frontières et Première Urgence Internationale, cela signifie une meilleure coordination entre les organisations, leur siège et leurs partenaires. Au cours de la mission, plus de 80 organisations ont été soutenues.

Pour les populations touchées, TSF a mené des opérations téléphoniques à l'aide d'équipements mobiles par satellite afin d'atteindre les zones où les besoins sont les plus urgents. Plus de 100 000 personnes ont été aidées grâce à ces appels ! 

Cette mission a dû prendre fin quelques mois plus tard en raison d'incidents de sécurité qui ont contraint TSF à évacuer à plusieurs reprises.

Iran, 2004

Iran, 2004

En 2004, un tremblement de terre de magnitude 6,3 a frappé le sud de l'Iran, piégeant des dizaines de milliers de personnes sous les décombres. Il s'agit du tremblement de terre le plus meurtrier qu'ait connu l'Iran depuis 1990, avec plus de 43 000 victimes, 50 000 blessés et un nombre incalculable de personnes sans abri. Les infrastructures ont été détruites et les télécommunications n'ont pas échappé aux dégâts.

Qu'a fait TSF ?

  1. Mise en place d'un centre de transmission de données et d'Internet à haut débit pour permettre aux équipes de secours de coordonner leurs efforts.
  2. Mener des opérations d'appel humanitaire - mais le nombre de blessés et de morts, ainsi que le manque d'informations sur la localisation des personnes, ont limité la portée de l'opération.
  3. Mise en place d'un centre de télécommunications mobiles dans une ambulance du Croissant-Rouge iranien

Monique Lanne-Petit se souvient d'un moment particulier :

"Nous avions ouvert un centre de télécommunications dans le camp de l'International Rescue Team. Zana, une fillette de 10 ans, avait été transférée dans un hôpital de campagne pour les blessés les plus graves. Elle était dans un état critique et une évacuation médicale était le seul espoir de la sauver. La secousse a détruit sa maison, et sur une famille de 7 personnes, seul son père a échappé à la mort. Dans ce contexte de chaos, grâce à la technologie satellitaire et aux compétences techniques de l'équipe TSF , nous avons pu donner une identité à cette petite fille en un temps record. Je n'oublierai jamais l'enchaînement des émotions : l'excitation, l'angoisse... et puis cette grande joie, cette lueur d'espoir partagée avec son père et l'équipe médicale : nous avions réussi, Zana pouvait être sauvée !"

TSF a soutenu les efforts de secours immédiats, avec des services bénéficiant à 63 organisations et autorités locales.

Sri Lanka, 2005

Sri Lanka, 2005

Le lendemain de Noël, le 26 décembre 2004, une vague de 10 mètres de haut causée par un fort tremblement de terre a balayé Sumatra, le Sri Lanka et la Thaïlande. TSF s'est immédiatement déployé au Sri Lanka et s'est joint à la mobilisation massive moins de 48 heures après le tremblement de terre.

À l'époque, au Sri Lanka, de nombreuses familles étaient monoparentales, car l'un des parents se rend souvent à l'étranger pour trouver du travail et n'a pas les moyens de payer la facture de téléphone. Imaginez la détresse d'un parent après une catastrophe de cette ampleur, loin de sa famille, sans nouvelles du pays. TSF a mené des opérations d'appels humanitaires qui ont bénéficié à plus de 3 000 familles. Voici l'histoire de l'une d'entre elles :

Un garçon de 4 ans vivait avec son père et ses trois frères et sœurs. Leur mère travaillait à l'extérieur et le garçon ne lui avait pas parlé depuis trois ans. Après plusieurs tentatives pour trouver un numéro permettant de la contacter, l'équipe de TSF et la famille ont finalement réussi à la joindre ! Le petit garçon de 4 ans était sur le point de fêter son anniversaire. Lorsque sa mère lui a demandé ce qu'il aimerait le plus pour son cadeau, le petit garçon a répondu : "Rien... Je n'ai besoin que de toi !"

En plus de ses opérations d'appel humanitaire, TSF a soutenu 163 ONG et institutions dans leurs efforts d'aide.

Liban, 2006

Liban, 2006

TSF devient le premier partenaire IONG des Nations unies par l'intermédiaire du Groupement des télécommunications d'urgence.

Le conflit au Liban a provoqué la destruction des réseaux téléphoniques dans le sud du pays. Pour coordonner leurs actions, les ONG ont besoin de partager des informations, des données.

"L'équipe de TSF s'est donné beaucoup de mal pour soutenir le Centre d'information humanitaire à un moment où nous étions confrontés à d'importants problèmes de connectivité des données. Leur soutien a été crucial pour le démarrage de nos opérations." Un fonctionnaire d'OCHA a fait part de son expérience après la mission.

TSF a été désignée comme "premier intervenant" dans le cadre du Cluster de télécommunications d'urgence des Nations unies et a soutenu 22 organisations en leur fournissant une connectivité.

"Le soutien deTSF a été crucial pour le démarrage de nos activités.
Niger, 2007

Niger, 2007

En raison de la sécheresse et d'une invasion de criquets, les récoltes ont été insuffisantes en 2004 et la famine a menacé la vie de milliers de personnes. Dès 2005, TSF a organisé des opérations d'appel aux populations sinistrées, contraintes de partir et souvent séparées de leurs proches. A la demande des ONG travaillant sur le terrain, TSF a mis en place un centre de communication d'urgence.

Mais l'histoire qui nous intéresse aujourd'hui a commencé en 2007, lorsque TSF a travaillé avec le gouvernement nigérian pour mettre en place un système d'alerte précoce. En surveillant l'évolution des prix du marché - lorsque l'inflation rend les denrées alimentaires difficiles à acheter - les populations peuvent mieux prévoir et se préparer.

"Je me souviens de mes discussions avec le représentant de l'ONG Vétérinaires sans Frontières qui m'expliquait que grâce à TSF et à son installation à Dakoro, ils allaient pouvoir prévenir les futures crises alimentaires avec un suivi plus régulier des marchés agricoles et du bétail en favorisant la diffusion et l'échange d'informations entre les agriculteurs et les éleveurs des zones de Dakoro", raconte Karim Mokhnachi, fondateur de l'IT Cup - le premier centre IT Cup a été créé pour l'occasion.

Ouganda, 2008

Ouganda, 2008

En 2008, des dizaines de milliers de personnes en RDC ont été forcées de fuir le conflit et de traverser la frontière avec l'Ouganda. Dans certains camps de réfugiés, de nombreuses personnes ont marché pendant des jours pour arriver, et il n'y a pas d'Internet ou de réseau mobile fiable. TSF a fourni des appels gratuits aux personnes touchées, qui veulent savoir où se trouvent leurs proches, s'ils vont bien, ou même s'ils sont encore en vie.

L'équipe a réussi à mettre en contact près de 2 000 familles avec leurs proches, dont beaucoup se trouvaient encore en RDC, où leur vie était en danger.

TSF a également soutenu toutes les agences de l'ONU, les ONG et les autorités locales sur le terrain grâce à un centre de communication par satellite : "Sans le système TSF , il aurait été difficile de communiquer avec le monde et avec nos bureaux pendant les premières semaines de l'opération".

Sankoh Bai Mankay, du Programme alimentaire mondial en Ouganda.

Pakistan, 2009

Pakistan, 2009

Le conflit entre l'armée pakistanaise et les talibans a forcé plus de 2 millions de personnes à fuir le nord-ouest du Pakistan, dans des conditions dangereuses. TSF a fourni plus de 3 000 appels à des civils affectés et souvent blessés par la violence. Mais les civils ne sont pas les seuls à être touchés par la violence. Monique Lanne-Petit, directrice de TSF, se souvient des problèmes de sécurité très difficiles :

"Surmonter les difficultés fait partie de l'engagement humanitaire, mais depuis 2001, notamment suite aux attentats du 11 septembre, les humanitaires sont devenus une cible. Les mesures de sécurité nous ont amenés à rapatrier notre équipe en mission à Peshawar, au Pakistan. Seul le chef de mission est resté sur place pour mener à bien la mission dans les meilleures conditions. Et puis l'appel... depuis sa chambre, qui venait d'être soufflée par un attentat terroriste.

Blessé, mais vivant, il allait être renvoyé chez lui. Cette situation a montré les risques que comporte notre engagement. Des risques qui doivent être pris en compte par chacun d'entre nous, mais aussi en tant que membre d'une équipe. Nous sommes tous responsables de notre propre protection, de celle de notre équipe et nous n'oublions jamais de protéger les populations pour lesquelles nous travaillons.

"Seul le chef de mission est resté sur le terrain. Et puis l'appel... de sa chambre, qui venait d'être détruite par un attentat terroriste".

Haïti, 2010

Le tremblement de terre de magnitude 7,0 qui a frappé Haïti en 2010 a touché de nombreuses personnes. Plus de 222 000 personnes ont péri, beaucoup d'autres ont été blessées et ont tout perdu. Pour l'un des membres de l'équipe TSF, Sébastien, il s'agissait de la première mission d'envergure, et il se souvient encore très bien de la scène :

"Lorsque nous pensons aux crises humanitaires, nous pensons à ce que nous voyons dans les journaux télévisés, des photos et des vidéos de bâtiments détruits ou en feu, d'enfants dans des hôpitaux, de personnes en détresse, le tout souligné par la voix monotone et sans émotion d'un journaliste. Ce que j'ai découvert lors de mon premier grand déploiement avec TSF , c'est ce qui n'est pas transmis par un poste de télévision :

Les odeurs de carburant, à l'aéroport où nous dormions, de sueur, des personnes vivant sous un soleil brûlant avec un accès limité à l'eau pour se laver, d'ordures, laissées à l'air libre, de mort émanant des bâtiments effondrés.

La sensation : de stress pour bien faire notre travail, de fatigue ; d'être réveillé par des moustiques à 4 heures du matin, de faim, de chaleur.

Et même si, oui, c'était difficile, j'ai été stupéfait de voir comment l'équipe et tous ceux qui nous entouraient ont réussi à s'adapter si rapidement et à s'épanouir dans cet environnement, en surmontant obstacle après obstacle, en répondant aux besoins écrasants.

Est-ce l'adrénaline de la mission qui nous a fait tenir pendant six semaines ? Était-ce le sourire sur le visage des gens lorsque leur appel avait abouti ? Était-ce le travail d'équipe entre nous et les volontaires locaux ?

Haïti a certainement montré à de nombreuses personnes ce que signifiait réellement être un acteur humanitaire d'urgence et m'a certainement montré ce que je voulais faire".

Libye, 2011

Libye, 2011

En février 2011, plus de 500 000 personnes ont fui les violences liées au début de la guerre civile et ont trouvé refuge dans les pays voisins. TSF s'est déployé dans le camp de transit de Choucha en Tunisie, près de la frontière libyenne. De 4 000 à 10 000 personnes arrivaient chaque jour dans le camp.

Un membre du personnel de TSF se souvient : "Nous avons permis aux réfugiés du Ghana de donner des nouvelles à leurs familles. Mais tous les jours, nous les retrouvions à côté de notre centre, sans solution de rapatriement... Comme il n'y avait pas de consulat ghanéen à Tunis, nous avons décidé ensemble d'appeler le consulat ghanéen en Algérie. Notre interlocuteur les a assurés de son aide officielle, et après quelques jours et plusieurs appels téléphoniques, le représentant du Consul en personne est arrivé dans le camp et a pris en charge les ressortissants ghanéens."

Les opérations de téléphonie de TSF ont permis à plus de 30 000 personnes fuyant la Libye de contacter leurs proches et d'obtenir de l'aide dans cette situation inattendue.

Syrie, 2012

Syrie, 2012

La guerre civile en Syrie a commencé par des manifestations en mars 2011. La situation s'aggrave de mois en mois et TSF décide de soutenir les opérations médicales avec une connectivité d'urgence. Ahmad a rejoint l'équipe de TSF en tant qu'ingénieur et partage ses souvenirs avec nous :

"Je me souviens de la première connexion que nous avons installée à l'hôpital d'Alhader pour aider les équipes médicales et la population, qui vivait dans des conditions très difficiles.

Je me souviens aussi qu'avec le premier salaire que j'ai gagné en travaillant pour TSF, je suis allé dans un magasin pour acheter une batterie, un panneau solaire et des lampes, car nous n'avions pas de lumière dans notre maison pendant six mois. Jusque-là, ma sœur devait étudier et lire des livres à la lumière des bougies.

Ensuite, après avoir été blessé, je n'ai pas pu bouger ma main pendant six mois. J'étais dans une situation très difficile, mais grâce aux activités éducatives de TSF, j'ai commencé à enseigner à des enfants syriens avec des tablettes, et tout a changé pour moi."

La crise en Syrie n'est pas terminée. TSF continue à soutenir les centres médicaux avec la connectivité alors que la situation est - si c'est possible - encore pire après le tremblement de terre de février 2023.

Philippines, 2013

Philippines, 2013

Le pays a été durement touché : plus de 7 000 personnes sont mortes et plus de 4 millions ont été déplacées. Paul s'est rendu sur une île isolée avec son équipe, pour permettre aux habitants de contacter leurs proches :

"Notre vélo est tombé en panne, alors nous avons marché. Je me sentais très mal : L'île était démolie, les gens étaient blessés, l'agriculture était ravagée, les maisons étaient détruites - et j'étais déjà épuisée par la première partie de la mission. Nous sommes arrivés dans un village et une longue file d'attente s'est formée pour appeler les proches, comme toujours. Une fillette de sept ans ou presque a essayé d'appeler sa mère, dont elle n'avait pas eu de nouvelles depuis la tempête, parce que sa mère travaillait au Moyen-Orient et son père à Manille. L'appel n'a pas abouti et elle était dévastée. Elle est retournée dans la file d'attente et a patiemment attendu, puis elle a réessayé. Dieu merci, ça a marché. Horrible et magnifique."

Madagascar, 2014

Madagascar, 2014

Le centre IT Cup de Miarinarivo est ouvert depuis deux ans et des activités commencent à se dérouler autour du cybercafé.

Irinah est responsable du projet et nous fait part des effets des activités d'inclusion numérique qu'elle observe chez les participants :

"Les cuisiniers et les gardiens ont quitté l'école très tôt. Certains d'entre eux savent à peine lire et écrire et même s'ils ont appris le français à l'époque, ils ne l'utilisent que très peu dans leur vie quotidienne. Cela les rend encore plus vulnérables.

Nous avons d'abord utilisé les tablettes pour améliorer leur compréhension orale et écrite. Nous développons de petits exercices de français via des applications qui proposent des images et des quiz interactifs.

Trois mois plus tard, ils sont déjà plus épanouis dans leur vie quotidienne, ils prennent confiance en eux et utilisent plus facilement l'internet. Ils se sentent également moins gênés et plus confiants devant les autres."

Népal, 2015

Népal, 2015

Le 25 avril 2015, un séisme dévastateur d'une magnitude de 7,8 a frappé le Népal. Les premières images qui nous sont parvenues en France laissaient penser que Katmandou, la capitale et la ville la plus peuplée du Népal, avait été durement touchée. C'est donc là que l'équipe de TSF s'est déployée. Florent, qui fait partie de l'équipe, raconte son arrivée :

"Lorsque nous sommes arrivés sur place, nous nous sommes rendu compte que les zones les plus touchées étaient aussi les plus isolées, au nord de Katmandou. C'est pourquoi nous nous sommes retrouvés quelques jours plus tard à essayer de rejoindre le village de Laprak, dans la vallée de Gorkha, qui a été presque entièrement détruit. Images de désolation lorsque nous y sommes arrivés après plusieurs heures de marche.

Plusieurs milliers de Népalais, vivant principalement dans le village de Laprak et d'autres villages voisins, ont dû se réfugier à plus de 500 mètres au-dessus du village et attendaient désespérément de l'aide.

C'est là-haut, à 3 000 mètres d'altitude, en pleine chaîne himalayenne, que l'équipe de TSF a posé ses valises pour mener plus d'une quinzaine d'opérations de téléphonie dans les sept villages situés de part et d'autre de la vallée de Gorkha. Ils nous ont accueillis à bras ouverts et nous ont inclus dans cet élan de solidarité et de partage où chacun contribuait à la reconstruction de sa communauté".

Les personnes les plus isolées ont pu contacter leurs proches après la catastrophe.

Balkans, 2016

Balkans, 2016

En 2015, les conflits en cours en Syrie, en Irak, en Afghanistan et dans d'autres pays ont provoqué des déplacements massifs de populations. TSF a installé la première connexion internet par satellite dans un centre d'accueil en Serbie, et a mené des opérations de téléphonie dans le camp d'Idomeni en Grèce jusqu'à son démantèlement.

Johanna, alors chargée de communication à TSF , faisait partie de l'équipe déployée sur le terrain. Un souvenir est resté gravé dans sa mémoire : celui d'une femme ayant accouché dans le camp.

"Une femme syrienne a accouché dans sa tente, à même le sol. Aidée par d'autres femmes du camp, elle avait beaucoup crié pendant l'accouchement (selon ses voisines de tente), évacuant sa douleur, sans péridurale bien sûr. Je suis allée à sa rencontre pour savoir si elle voulait passer un coup de fil à l'étranger pour annoncer la nouvelle.

On m'a indiqué où se trouvait sa tente, tout au bout du camp, à côté des toilettes, et j'ai dû zigzaguer entre les brouettes chargées de matelas et de couvertures, les enfants qui jouaient dans la poussière, et les files de gens qui se précipitaient vers la distribution de nourriture. C'est là que je l'ai trouvée avec son bébé, dans sa tente chauffée à 40°C par le soleil grec, à côté des eaux usées qui s'écoulaient à quelques mètres de là. 

Elle semblait fatiguée par l'exil, la promiscuité et les maigres rations qu'elle mangeait depuis plusieurs mois. Elle était épuisée mais heureuse, et ne quittait pas son bébé des yeux. Elle a passé plusieurs appels, un Isatphone dans une main et le bébé dans l'autre. Elle semblait très émue de pouvoir partager avec ses proches et était très reconnaissante de ces quelques minutes d'appels téléphoniques.

Pour moi, ce sera toujours une image poignante qui nous rappelle que la vie continue partout et que l'homme est résilient. Et c'est là, je crois, que la mission des fondateurs de TSF prend tout son sens : ce qui nous unit, ce sont les liens de la vie, cette vie qui reprend toujours le dessus malgré les épreuves, comme un signe d'espoir. 

Depuis 30 ans, les fondateurs de TSF aident les personnes déchirées par les conflits et les catastrophes. Les technologies et les missions ont évolué, mais leur conviction reste la même : les gens passent avant tout."

Les technologies et les missions ont évolué, mais la conviction des fondateurs de TSF reste la même : l'humain passe avant tout.
Mexique, 2017

Mexique, 2017


Le coordinateur du programme TSF de diffusion de l'information en Amérique latine explique ce qu'il faut savoir le lancement du programme :

" Lorsque la base régionale de TSF pour l'Amérique latine et les Caraïbes (LA&C) a déménagé du Nicaragua au Mexique en 2016, nous avons pris la décision d'accroître notre implication dans la réponse aux besoins humanitaires des migrants et des réfugiés dans la région. Conscients de l'importance de disposer d'informations fiables pour les personnes en déplacement, nous nous sommes appuyés sur notre expérience antérieure en matière de développement d'un système de diffusion d'informations à distance dans le cadre d'un projet pilote en collaboration avec le HCR en Europe de l'Est.

En 2017, j'ai commencé à évaluer les besoins spécifiques au Mexique en m'engageant auprès des refuges pour migrants et en participant activement aux forums organisés par le CICR. À ma grande joie, les responsables des refuges ont accueilli chaleureusement l'idée de mettre en place un tel système, reconnaissant son impact potentiel pour soutenir et compléter leurs réponses aux défis auxquels sont confrontés les migrants et les réfugiés.

En 2018, nous avons lancé un programme pilote dans cinq refuges. Ils continuent à participer activement au projet, même après cinq ans. De plus, l'initiative s'est élargie, avec 15 refuges supplémentaires au Mexique, trois au Guatemala et cinq centres d'attention en Colombie qui font partie de notre réseau.

Ce qui est encore plus encourageant, c'est la collaboration croissante de nombreuses organisations qui fournissent des informations et utilisent le système pour diffuser leurs messages aux populations migrantes. Cela met en évidence le pouvoir de la technologie lorsqu'elle est utilisée de manière réfléchie pour répondre à des besoins réels, en réunissant toutes les parties prenantes et en ayant un impact tangible sur la vie de ceux que nous cherchons à aider".

Brésil, 2018

Brésil, 2018

En 2018, des dizaines de milliers de Vénézuéliens ont fui les crises économiques et sociales de leur pays. Au cours du premier semestre 2018, environ 40 000 Vénézuéliens ont trouvé refuge à Boa Vista au Brésil.

C'était la première mission de Marta avec TSF, et elle en garde un souvenir particulier. En menant des opérations de téléphonie qui ont bénéficié, directement et indirectement, à plus de 300 000 personnes, Marta a rencontré de nombreuses personnes et a été témoin de ce moment qu'ils partageaient avec leurs proches.

"Un jour, au milieu des opérations, une femme s'est approchée de moi, tenant dans ses mains tremblantes un papier avec un numéro de téléphone. Elle m'a expliqué que c'était l'anniversaire de son jeune fils, qui fêtait ses 5 ans. C'était le premier anniversaire où elle n'allait pas être avec lui, car ils s'étaient séparés il y a 6 mois, lorsqu'elle était partie au Brésil à la recherche d'une opportunité pour pouvoir leur envoyer de l'argent.

Je l'ai laissée téléphoner seule, mais j'ai vu aux larmes sur son visage qu'elle avait réussi à communiquer avec son fils. Il sera difficile d'oublier la chanson "Joyeux anniversaire".

Le même jour, Jessica, une jeune Vénézuélienne, s'est présentée au centre de coordination pour tenter de communiquer avec sa mère, avec laquelle elle n'avait pas parlé depuis 4 mois, c'est-à-dire depuis la dernière fois qu'elle l'avait vue avant de quitter son domicile au Venezuela. Après plusieurs tentatives infructueuses, elle a décidé d'abandonner, car elle savait qu'il était difficile pour sa mère de répondre au téléphone.

"J'ai voulu faire une dernière tentative, ce qui m'a valu un "alo ?" de l'autre côté de la ligne. J'ai demandé à ne pas raccrocher et j'ai couru après Jessica en criant son nom, juste avant de remarquer que beaucoup d'autres personnes m'aidaient à l'appeler. Nous l'avons trouvée et elle a pu parler à sa mère en pleurant.."

Nous l'avons retrouvée et elle a pu parler à sa mère en pleurant.
Mozambique, 2019

Mozambique, 2019

Quelques heures après le passage d'un puissant cyclone au Mozambique, TSF s'est déployée pour fournir des moyens de communication aux populations et aux organisations.

Sur la photo, on voit une femme appelant un parent pendant l'une des opérations d'appel de TSF, gérée par une partie de l'équipe. Pour 89% des appels émis lors de ces opérations, c'était la première fois que les deux personnes pouvaient se parler depuis la catastrophe.

Parallèlement, une autre partie de l'équipe TSF s'est concentrée sur le soutien à la coordination humanitaire.

Le coordinateur du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a expliqué pourquoi les communications sont essentielles à la coordination de l'aide humanitaire :

"Dans une opération comme celle-ci, ce sont les données qui sont importantes pour nous. Nous envoyons une grande quantité d'informations en termes de graphiques aux donateurs, au siège, pour les informer de ce qui se passe, mais aussi à la communauté entre les différents centres ici : si nous n'avons pas cette facilité, nous ne pouvons pas partager les graphiques en particulier et il est très difficile d'établir une image opérationnelle commune. Si tout le monde ne comprend pas quel est le problème, et ne comprend pas comment nous menons les opérations, la coordination s'effondre très rapidement.

TSF Nous avons besoin de l'aide de l'Union européenne pour mettre en place ce dispositif et fournir la bande passante dont nous avons besoin pour partager ces informations. Sans cela, l'opération ne fonctionne pas."

Grèce, 2020

Grèce, 2020

Jean-François Cazenave, cofondateur et président de TSF, travaille depuis des décennies avec des personnes contraintes de fuir leur domicile. C'est pourquoi il insiste :

"Si ces hommes risquent leur vie et celle de leur famille sur des embarcations de fortune, c'est qu'ils ont déjà tout perdu..."

À Lesvos, une île grecque proche de la Turquie, de nombreux demandeurs d'asile sont bloqués dans des camps de réfugiés. Après des semaines d'un voyage éprouvant, ils sont confrontés à l'incertitude, à l'inquiétude et sont souvent isolés du reste du monde.

Grâce à l'accès à Internet, les demandeurs d'asile trouvent un soutien mental et émotionnel auprès de leurs proches. Ils peuvent rechercher des informations sur leur situation, consulter les nouvelles et prendre des décisions plus éclairées.

"TSF Le Wi-Fi est très important pour moi", a déclaré un réfugié afghan de 17 ans, " [...]parce que c'est ma seule option pour être connecté, je n'ai pas la 4G. C'est donc ma seule option pour apprendre les nouvelles, pour rester connecté et je pense que c'est comme ça pour beaucoup de gens. C'est très utile."

Haïti, 2021

Haïti, 2021

Comment coordonner l'assistance médicale en cas de panne de courant ?

Sur cette photo, Florent installe une connexion satelltaire pour aider les organisations à coordonner leurs actions après le puissant tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a frappé Haïti le 14 août 2021.

Monique Lanne-Petit, directrice de TSF , se souvient comme beaucoup du tremblement de terre de 2010 : "Dès que nous avons reçu l'alerte, nous avons décidé de déployer une équipe immédiatement. 11 ans après notre mission en réponse au tremblement de terre catastrophique de 2010, il était essentiel pour nous d'être sur le terrain le plus rapidement possible. Nous connaissons l'impact que de telles catastrophes peuvent avoir sur le pays et la nécessité d'agir rapidement.."

La connexion installée par Florent a été très utile à MSF, " [...]parce que certaines infrastructures de télécommunications fonctionnaient avec des générateurs, et quand il n'y avait plus d'essence, le générateur s'éteignait et l'infrastructure mobile disparaissait"nous dit Florent. "Toute leur logistique d'approvisionnement se faisait grâce au VSAT."

Ukraine, 2022

Ukraine, 2022

Dmytro, coordinateur du projet TSF en Ukraine, a partagé un souvenir fort depuis qu'il a commencé à travailler pour aider les Ukrainiens forcés de fuir.

TSF s'est jointe à la réponse globale pour aider les civils affectés dès les premiers jours du conflit, et a maintenant une équipe en Ukraine et en Pologne pour coordonner les différents projets autour de la crise - de la diffusion de l'information à l'accès à Internet pour les personnes déplacées.

Dmytro est l'un de ces membres du personnel. À l'automne 2022, il "s'est rendu à Tchernihiv pour fournir aux médecins locaux des équipements satellitaires. Le problème était lié au réseau 3G/4G et GSM dans certaines régions du district de Chernigiv qui étaient sous l'occupation russe.

Après la libération, les médecins ont commencé à se déplacer dans les villages et les petites villes pour fournir une assistance médicale à la population. Mais ils ne pouvaient pas contacter l'hôpital principal pour une consultation lorsqu'ils étaient confrontés à des cas difficiles. Avant que les réseaux détruits ne soient réparés, TSF leur a fourni des équipements satellitaires afin qu'ils puissent s'occuper au mieux des habitants des territoires libérés.

Je suis très fière de faire partie de l'équipe de TSF car notre aide permet non seulement aux personnes dans le besoin de contacter leurs proches mais aussi de sauver des vies !"

En 2022, TSF a soutenu 33 000 personnes touchées par la crise en Ukraine.

Turquie, 2023

Turquie, 2023

"Quand on est arrivé, il y avait peu de lumière, personne dans la rue, des gens dans leur voiture parce qu'ils avaient peur que les bâtiments s'effondrent.

#TSF25Years : 2023, Tremblement de terre dans le sud-est de la Turquie.

En février dernier, un puissant tremblement de terre et de nombreuses répliques ont frappé le sud-est de la Turquie et le nord-est de la Syrie. Plus de 50 000 personnes sont mortes et des centaines de milliers de bâtiments ont été détruits.

Marta s'est déployée au sein de l'équipe TSF et décrit ce qu'elle a ressenti à son arrivée à Kahramanmaraş :

"La première nuit, c'était vraiment une ville fantôme, parce qu'ils avaient coupé l'électricité. À l'hôtel, nous avions de l'électricité, mais grâce à un générateur. Le premier jour, nous pouvions voir différents petits camps et tentes, c'était un sentiment presque apocalyptique.

L'équipe a fourni une connectivité d'urgence aux zones particulièrement touchées par le tremblement de terre en Turquie et en Syrie, et a initié des partenariats qui nous permettent de continuer à soutenir les personnes touchées par le tremblement de terre.

Merci de nous avoir suivis tout au long de ce voyage du passé au présent !

Monique Lanne-Petit, directrice de TSF, a déclaré :

Dans un environnement humanitaire et technique en constante évolution, l'approche de TSF  pour une utilisation responsable des nouvelles technologies est centrale.
La pression des contextes climatiques, politiques et technologiques doit conduire notre ONG à maintenir sa vision fondatrice en insistant sur la résilience : les communication pour la vie au service de la vie des personnes.