Bienvenue dans le numéro 70 de Call to Comms!

Nous avons parlé à Nataliia, une Ukrainienne déplacée à cause de la guerre, pour savoir pourquoi elle a décidé de quitter sa ville natale avec sa famille. 


Rencontrer Nataliia de l'Ukraine

Nataliia fait partie des millions d'Ukrainiens qui ont été déplacés à cause de la guerre. Nataliia vit actuellement dans un centre d'hébergement temporaire pour personnes déplacées dans la région de Khmelnytskyi. Avant le conflit, Nataliia et sa famille, ses enfants et ses petits-enfants, vivaient à Kherson, d'où ils sont originaires. 

Cependant, Kherson a été l'une des premières villes à être envahies et a été occupée le 1er mars 2022. "Il était très difficile de supporter tout cela", explique Nataliia. "Nous vivions essentiellement dans le couloir, car il était effrayant d'être près des fenêtres. Nous couvrions les portes et les fenêtres [avec] des rideaux et des couvertures parce qu'il y avait des chars, des tirs", ajoute-t-elle.

Pourquoi avez-vous décidé de quitter votre pays et comment s'est déroulé le voyage ?

"L'une des principales raisons de mon départ a été la panne d'Internet. À la fin du mois de mai, tous nos canaux d'information et nos lignes de communication externes ont commencé à être fermés. Tout s'est arrêté. À certains moments, pendant les hostilités, une partie de la famille se trouvait entre Kherson et Mykolaiv, à l'endroit où se déroulaient les combats. Là, la communication a été perdue pendant deux jours. Nous étions très inquiets, nous ne savions rien. C'est effrayant quand il n'y a pas d'informations, c'est tout simplement effrayant". 

"L'une des raisons les plus importantes de mon départ a été la panne d'Internet.

Nous connaissons, par ce que les gens nous raccontent, le besoin essentiel d'information qui se manifeste lorsqu'ils sont contraints de fuir. Mais Nataliia a souligné que le manque d'informations dans un moment comme celui-ci, le fait de ne pas savoir comment la situation évolue, peut être décisif dans la décision de rester ou de fuir.

Nous avons dépensé tout l'argent que nous avions pour acheter des produits alimentaires.

Le manque d'informations n'est pas la seule raison pour laquelle Nataliia a décidé de partir : "La deuxième raison, ce sont les banques et l'argent", ajoute-t-elle. "Je ne peux pas vous dire combien de temps nous sommes restés sous le guichet automatique. Pendant toute la durée de l'occupation, le système bancaire tenait à peine debout. Il est arrivé que nous arrivions un jour et que nous n'obtenions rien pendant une semaine. Alors comment vivre ? Parce qu'on ne peut pas vivre sans argent. Les files d'attente étaient énormes et nous nous sommes tous endettés, moi y compris, parce que nous avions besoin d'exister et que nous dépensions tout l'argent que nous avions pour acheter des produits alimentaires.

A la recherche d'une connexion et d'un moyen de fuir

"Je vivais avec ma fille et ma petite-fille, l'autre étant déjà à l'étranger. Nous cherchions des contacts avec des bénévoles, avec des personnes qui avaient des moyens de transport pour nous emmener hors des zones occupées.

"Nous avons fait la queue pour le service de transport de l'État, mais c'était très difficile. Cela ne dépend pas de la date de la demande, mais de la personne qui doit être évacuée : tout d'abord, les personnes âgées, les malades, les handicapés. On ne pouvait donc pas savoir avec certitude quand les transports publics seraient disponibles ; cela pouvait prendre un mois, trois ou même sept mois". Lorsque Nataliia a finalement atteint un refuge pour personnes déplacées à l'intérieur du pays, il n'y avait pas encore de connexion.

Pourquoi l'internet est-il nécessaire et qu'en était-il avant le projet de connectivité de TSF?

"L'Internet était toujours faible jusqu'à ce que [TSF] a installé le Wi-Fi. Nous devions grimper sur la colline à l'extérieur [pour essayer de trouver une connexion]". Nataliia est toujours en Ukraine, mais ce n'est pas le cas de toute sa famille : "La famille de ma fille s'est immédiatement retrouvée en Roumanie et j'avais besoin d'une connexion. Toute la famille est partie, et j'ai des amis à Kiev et à Léo. Il fallait communiquer. La communication nous apporte un soutien vital et de l'espoir. Et c'est très important.

Vous pouvez visionner une courte vidéo du témoignage de Nataliia, prise dans le refuge où elle vit, ici


"La communication était nécessaire. La communication nous permet de survivre, d'espérer et de nous soutenir. Et c'est très important.

A la semaine prochaine !